L’Apprentie Machine: mon mémoire de master en Media Design

IMGP2026b

C’est non sans fierté que je vous présente le mémoire que j’ai nourri, rédigé et mis en forme pour mon travail théorique de recherche, dans le cadre de la fin de mes études de master en Media Design à la HEAD – Genève! Il augure une suite, mon travail pratique sur lequel je travaille actuellement, dont vous aurez des nouvelles très prochainement.

 

IMGP2023b

 

L’apprentissage automatique, ou machine learning dans sa terminologie anglaise, est un champ d’études en intelligence artificielle, et elle a la cote! En effet, quoi de mieux, quand on est humain, qu’être épaulé de machines qui apprennent et qui se perfectionnent tant dans leur comportement interactif que dans les tâches qu’on leur confie? Le machine learning a récemment fait ses preuves avec le coup d’éclat d’AlphaGo, qui a vaincu le champion du monde en titre de go à plusieurs reprises, et du même coup précipité l’engouement pour cette manière de structurer des algorithmes complexes. Et ce, quelques jours à peine après l’édition de mon mémoire!

 

Mon mémoire est structuré de la manière suivante: dans la première partie, j’explique, de mon point de vue de designer (c’est à dire en évitant d’entrer dans des complications techniques) ce qu’est le machine learning, à l’aide notamment d’exemples à l’issue visuelle, et je mets mes explications en parallèle avec d’autres notions théoriques qui rapprochent le comportement humain et celui d’une machine apprenante. Dans la deuxième partie, j’explore d’un point de vue purement théorique la relation entre l’humain et la machine, en m’orientant sur les possibilités de co-existence harmonieuse. Enfin, dans la troisième partie, j’expose différents artistes et leurs œuvres qui travaillent sur la communication entre les humains et les machines, leur relation, les qui pro quo que cela peut engendrer, pour le meilleur comme pour le pire!

 

Ce travail est une recherche optimiste mais je l’espère éclairée, tentative de rassembler une base de réflexion sur les perspectives que pourrait apporter le machine learning à ses utilisateurs humains, et ce que le designer peut faire pour s’approprier cette technique nouvelle afin de la définir avec justesse et d’en dégager les usages avec sagesse.

 

 

Je vous souhaite bonne lecture et me réjouis d’avoir des retours de votre part dans les commentaires si vous en avez le temps!

 

 

 

 


 

La couverture ne comporte aucune impression: le dessin est gravé et le texte découpé au laser sur un papier teinté dans la masse turquoise, 300gr/m². Quoi de mieux, pour parler de machines, que de travailler avec elles?

Une réflexion au sujet de « L’Apprentie Machine: mon mémoire de master en Media Design »

  1. Quel beau suivi Camille, richement illustré par la photo de ta couverture et le soleil qui la traverse, ça donne envie. Bravo. Tu es vraiment dans l’actu, dans la vraie vie quoi !

    Tu passes les épreuves, les examens, vaillamment et intelligemment, depuis toujours.
    Je suis très fière de toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.